Actualités

Vue 433 fois
25 mars 2020
Association

En plein road trip, François DOUDOUX-RIO (Environnement, 2014) se confine aux Iles Vierges britanniques (BVI)

Retrouvez chaque jour des nouvelles des Alumni face à la pandémie : entre ceux qui travaillent, qui télétravaillent, confinés chez eux à l'arrêt ou encore à l'autre bout du monde... On vous donne des nouvelles !

C'est sur un Facebooklive que nous les avons retrouvés : François DOUDOUX-RIO (Environnement, 2014) accompagné de Maïwenn sont Les Sacs à Pattes, des "Tourdumondistes" (comme ils se nomment) et dont vous pourrez suivre les aventures sur leur  chaine YouTube. Tous deux ont décidé de quitter leur Bretagne en septembre 2019 pour une aventure de deux ans à travers le monde avec des alternatives peu onéreuses pour parcourir le monde (auto-stop, couchsurfing, Woofing...) et trois objectifs principaux, qu'ils nous décrivent ci-dessous :

  • Objectif "minimiser l'empreinte carbone" : exit l'avion !
  • Objectif "rencontrer le monde" : on mise sur l'auto-stop, le couchsurfing, les rencontres...
  • Objectif "prendre son temps" : on ne programme rien. Pas de réservation d'hôtel, pas de réservation de transport, une ébauche d'itinéraire et deux ans devant nous.

 

DE LOCMARIAQUER AUX BVI 

François nous fait un bref condensé de leurs aventures jusqu'à présent mais nous détaillera tout cela dans un prochain Trait d'Union :

  • Nous sommes partis de Locmariaquer (56), nous avons traversé la France en auto-stop dans un semi-remorque Ukrainien, jusqu'en Belgique.
  • Nous avons traversé l'Atlantique sur un cargo de Anvers à Halifax.
  • Nous avons parcouru le Canada d'est en ouest ; de Halifax à Vancouver, en passant par Québec, Montréal, les Rocheuses... en auto-stop !
  • Nous avons découvert l'ouest américain, ses rêves et ses désillusions, ses villes immenses et ses parcs nationaux à couper le souffle
  • Nous avons joué à Las Vegas et dansé à La Nouvelle Orléans
  • Nous avons fait du bateau-stop dans les Caraïbes, en se laissant porter par les vents, les courants et les bateaux qui nous accueillaient !

 

L'ARRIVEE AUX BVI

François nous raconte : "Nous arrivons aux BVI alors que le Coronavirus commence à impacter la vie. Il nous faut donc trouver un logement, et prévoir la suite du voyage. Comme d'habitude, nous misons sur les rencontres et la gentillesse des gens. Quelles sont nos options ? Couchsurfing difficile (peu d'hôtes sur l'île), AirBnb est très cher, nous n'avons pas de connaissances sur l'île...

Par contre nous avons deux paires de bras et de la motivation. Nous nous rendons au premier café pour le petit déjeuner, et profitons de la connexion internet pour rechercher Woofing et WorkAway, ou quelques annonces locales de personnes cherchant des gens pour le jardinage, le bricolage ou toute autre activité.

Pendant que je recherche sur internet, Maïwenn opte pour une méthode plus rapide : discuter avec les voisins de table. Après tout, on ne sait jamais ?

En quelques minutes, elle sympathise avec Sophie et Lanky, deux Londoniens installés depuis quelques mois sur l'île avec leurs deux petites têtes blondes de 6 et 4 ans. Et devinez quoi ? Il leur faut de l'aide pour défricher leur parcelle, pour planter des clous et repeindre une pièce. D'ailleurs, ils disposent d'une Guesthouse, juste à côté de leur maison. Ils nous proposent immédiatement de nous héberger, séduits par notre aventure et la bonne humeur communicative de Maïwenn. Ils semblent ravis d'accueillir des voyageurs chez eux."


NOUVELLE MAISON, NOUVELLES RENCONTRES, NOUVEAUX PROJETS

Cela fait maintenant une semaine que François et Maïwenn sont chez Sophie et Lanky. À leurs projets initiaux ce sont ajoutées d'autres missions : s'occuper des enfants de temps en temps, car l'école vient de fermer (cours de français, jeux en tout genre), monter un meuble en kit, réparer des placards...
Ils profitent de l'occasion pour partager un peu de leurs compétences d'ingénieurs environnement : construction d'un composteur en palettes, formation sur le compostage, expérimentation sur la permaculture et essais de désherbages écologique à base de vinaigre blanc...
"Nous ne nous ennuyons pas ! Nous éprouvons un véritable plaisir à nous sentir utiles pour cette famille. Une véritable colocation, une relation gagnant-gagnant, comme on les aime," ajoute François.

 

ET LA SUITE ?

L'impact du coronavirus se fait de plus en plus sentir. Bien qu'aucun cas ne soit déclaré aux BVI, le gouverneur a fermé les frontières, cloué les avions au sol. L'Europe aussi se confine. François et Maïwen ont donc choisi de rester sur place car "tout d'abord nos hôtes se proposent de nous héberger aussi longtemps que nous le souhaitons, et nous sommes heureux de les aider. Ensuite car il semble plus judicieux de s'isoler là où nous sommes, plutôt que de poursuivre notre périple ou même de rentrer en France. Et nous sommes certainement plus utiles ici que dans notre appartement en France... 
Nous voici donc confinés ici. Pas à plaindre, et bien occupés."

 

LE MOT DE LA FIN DE FRANCOIS

"Il faut toujours croire à la gentillesse des gens ! Nous nous efforçons d'offrir le meilleur de nous-mêmes aux gens que nous rencontrons, en auto-stop, en bateau-stop, dans la rue et notre voyage s'en trouve, en échange, rempli d'anecdotes et d'aventures formidables. Se donner du temps pour saisir ces belles opportunités de rencontre et de découverte est important !
Si ça vous tente, commencez alors par regarder un épisode de Nus et Culottés (disponible gratuitement sur Youtube), et vous allez voir que le monde est beau et les rêves possibles !"

 

LIENS UTILES

Notre adresse mail : sacsapattes@gmail.com

Notre page Facebook : https://www.facebook.com/sacsapattes/
Notre chaine YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCeWnbzVoO6furosCjc-MOrg 


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.