Actualité

Vue 429 fois
27 septembre 2019

Cédric BRON (Agriculture, 2018, Beauvais), épisode 3

Souvenez-vous, fin août, Cédric revenait pour deux jours en France avant de reprendre l'avion pour le Chili.

Posé en Amérique du Sud, il nous fait part de ses réflexions après un périple de près de 6 mois...

Réinventer le voyage ! Après 4 ½ mois de climat tropical associé à l’univers asiatique, je change complètement d’environnement en arrivant à Temuco, au Chili. 35 degrés de moins, 12 heures de décalage horaire, le retour à l'Espagnol et une culture totalement différente avec une organisation sociétale structurellement opposée !

 

Je vous fais part des changements structurels et physiques, sans vous parler des changements psychologiques : l'expérience asiatique m’a permis de rencontrer plus de 200 personnes, de visiter 7 pays, 14 villes, tout en côtoyant 6 langues, 4 alphabets… à côté, le Chili pourrait presque paraître basique et pauvre de stimulation (d’autant plus que je connaissais déjà ce pays suite à mon semestre d’échange en 2016). 

 

Les objectifs de professionnalisation et d’acquisition des compétences que je m‘étais fixés avec ce périple de 9 mois ont déjà été atteints et dépassés lors de mon séjour asiatique, mon budget aussi… Résultat : nouveau pays, nouvelle culture, nouvelles rencontres, mais je me confronte à l’absence d’objectif concret associée à une certaine fatigue à devoir tout reconstruire tous les 10 jours. En effet, ça fait bientôt 6 mois, que je me déplace de ville en ville en me questionnant régulièrement « si je dois vivre ici, quelle entreprise pourrai-je créer ? Quels sont les besoins de la population ? Quelles compétences puis-je mettre aux services de la communauté ? Quel réseau puis-je développer ici, pour maximiser les chances de réussite d’un projet entrepreneurial et/ou bien mon épanouissement dans cette ville ? » 

 

Autant de réflexions puissantes et extrêmement intéressantes qui ont démultiplié mes compétences relationnelles et ma capacité d’adaptabilité. Je suis sorti de ma zone de confort bien au-delà de ce que je pensais possible. Imaginé que de 11 à 16 ans, je me faisais appelé “asocial”. Le chemin parcouru est immense. 

 

Tous ces changements m’ont obligé à réinventer mes choix, mes objectifs et à structurer différemment mon voyage. Et des idées, ce n’est pas ce qui me manque : lancement et préparation de conférences sur mon voyage, finalisation et lancement d’un premier livre pour janvier 2020 et préparation d’un second sur les compétences qui permettent de réaliser un voyage issu de ma propre expérience. 

 

Cette structuration différente me permet de prendre le temps de faire "ma crise de la quarantaine" et de me poser les questions importantes pour aligner mes valeurs, mes projets de carrière et mes objectifs de vie. C’est un véritable challenge extrêmement riche dans la connaissance de qui je suis. 

 

Malheureusement, je n’ai pas réussi à rencontrer d’Alumni sur ce continent pour l’instant. Pour autant, les rencontres sont nombreuses et la volonté de créer et d’entreprendre bolivienne m’a  particulièrement impressionné ! C’est tout un écosystème en formation ! 

 

Riche de ces expériences, j’arrive également à un stade où je suis impatient de passer à la suite de l’aventure, c’est-à-dire l’application de mes expériences, de mes nouvelles compétences dans le monde réel, professionnel et mes projets personnels. J’ai hâte de pouvoir passer de l’étape de la connaissance et de l’expérimentation à l’application concrète et utile. C’est pourquoi, je suis à la recherche d’un emploi de business developper dès janvier 2020 en France, avec une dimension internationale. 

 

Je suis au Pérou actuellement et les prochaines étapes seront l'Équateur et la Colombie avant de faire un saut de nouveau dans l’hémisphère nord avec le Mexique puis les Etats-Unis. 2019 a déjà été incroyable, 2020 s'annonce passionnant également.

 


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.